1er programme d'innovation dédié
aux maladies du système digestif

Foie

foie

Estomac

estomac

oesophage2

oesophage

Intestin

intestin

PANCREAS

pancréas

picto cancer-01

cancer

Nutrition

nutrition

Addiction

addiction

Dighacktion endoscopie

endoscopie

Sourii

Porteur de projet : Cécile Liffraud et Pascal Dion

Problématique : Aujourd’hui, entre 400 000 et 600 000 personnes en France sont concernées par le Syndrome de l’Intestin Irritable et les troubles fonctionnels au sens large. Ce sont des pathologies chroniques, invalidantes et multifactorielles qui impactent fortement la qualité de vie des patients qui en souffrent.

Il n’existe pas de traitement curatif. Les thérapeutiques médicaments actuelles restent peu nombreuses, ne ciblent pas l’ensemble des mécanismes physiopathologiques en œuvre et n’ont donc souvent que peu d’effet. Par ailleurs, les patients sont de plus en plus demandeurs d’alternatives non médicamenteuses.

Parmi les différentes thérapeutiques non médicamenteuses, l’hypnose et la thérapie cognitivo-comportementale ont montré un réel bénéfice, prouvé au cours d’essais cliniques, sur les symptômes et sur la qualité de vie des patients. Toutefois, ces thérapeutiques encore peu connues, non prises en charge, restent coûteuses et peu accessibles. Les patients, surtout ceux vivant en zone rurale, rencontrent fréquemment des difficultés à trouver un praticien formé à ces techniques et exerçant à proximité de leur domicile.

 

Ma solution : Une application mobile et personnalisée permettant l’accès à des programmes audio et vidéo d’hypnose et de thérapie cogitivo-comportementales ciblés pour la prise en charge des troubles fonctionnels intestinaux, ainsi qu’à des exercices de pratique pour renforcer les résultats obtenus.

Ces programmes ont été définis et conçus par un praticien toulousain reconnu dans la pratique de l’hypnose, et exerçant depuis plusieurs années, en coopération avec un gastro-entérologue. Cette application ne vise pas à établir un diagnostic ou à remplacer une consultation spécialisée, mais permettrait aux patients d’accéder à ces techniques, en parallèle de leur prise en charge.